Inscrivez-vous au Bulletin

Y a-t-il de l’avenir dans les fibres alternatives ?

Publié le 02/06/2017

Le vieux papier reste la matière première la plus importante pour l'industrie du papier, mais le secteur recherche de plus en plus de fibres issues d’autres sources non ligneuses. Découvrez pourquoi.

alternatieve vezels

La cellulose vierge succédera-t-elle au vieux papier ?

Le vieux papier représente encore 82,5% (2,2 millions de tonnes) du volume total des matières premières dans l’industrie du papier. Le reste est de la cellulose vierge et ce qu’on appelle les fibres nouvelles, principalement issues de plantes annuelles. « Ce dernier segment est certes limité en volume, mais augmentera dans les années à venir. De plus, le segment compte des exemples éloquents », déclare Michiel Adriaanse du Kenniscentrum Papier en Karton (KCPK).

Sécurité des matières premières

L'industrie se penche sur ces fibres, car elle ne veut pas dépendre uniquement du vieux papier. En effet, une pénurie menace de survenir car ce marché diminue en volume. En outre, même si les fibres alternatives ne sont pas encore meilleur marché que le vieux papier, le prix joue un rôle. Enfin, il y a des entreprises qui utilisent des fibres alternatives d'un point de vue marketing.

Le temps des revêtements écologiques est venu

Les revêtements barrière protègent notamment contre la graisse, la lumière, l'oxygène, le CO2 et d'autres gaz. Malheureusement, ils sont généralement produits à partir de matières fossiles, ce qui les rend difficilement dégradables. En outre, ils compliquent le processus de recyclage. Heureusement, des alternatives arrivent sur le marché.

Revêtements biosourcés : une alternative

Il existe plusieurs matières premières d'origine biologique, tels que les protéines de petit-lait, la cire naturelle et l'amidon, qui entrent en ligne de compte en tant que biorevêtement. Bien sûr, elles doivent non seulement être intrinsèquement biodégradables, mais aussi offrir des résultats comparables en termes de propriétés de barrière, comme le caractère hydrofuge. L’entreprise néerlandaise Bionic Technology développe des biorevêtements pour différentes applications. Les revêtements sont à base d'oxyde de silicium et sont hydrofuges, lavables à l'eau, antifongiques et antibactériens. Ils sont en outre entièrement recyclables et peuvent être imprimés, tout comme les revêtements ‘ordinaires’.

Tous avec nous ?

Le changement est également nécessaire chez les entrepreneurs et les retailers. Un bon exemple est The Greenery, qui veut rendre ses matériaux d'emballage encore plus durables, notamment en utilisant des matières plastiques/films biosourcés et des emballages en carton à base de fibres alternatives (notamment pour les plants de tomates). Selon The Greenery, les consommateurs de produits biologiques sont prêts à payer plus pour un emballage biodégradable. Mais il reste un long chemin à parcourir. Donc, à suivre !

Restez informé des nouvelles similaires

Retour

Déclaration des cookies
Voulez-vous rester informé?
Inscrivez-vous au Bulletin!